Nausée passagère

Publié le par Dinah


L’orage s’éclate au fond,

Tes sanglots m’épuisent

Je ne veux plus rien faire,

Plus rien entendre…



 



 



 

Ô ma mie, tu flétris ces temps-ci !

Inutile de sauver les apparences

Ô ma mie ! Ne m'en remercie pas.



 



 



 

Ne plus rien écrire,

Ne plus rien dire,

Juste gémir en silence

Et vomir ton existence.



 



 



 

Ô ma mie, tu flétris ces temps-ci !

Inutile de sauver les apparences

Ô ma mie ! Ne m'en remercie plus.



 



 



 

Ne plus exister

Dans ce grain de beauté

Noir recueilli en souvenir

De ta chair belle et amère.



 



 

Ô ma mie, tu flétris ces temps-ci !

Inutile de sauver les apparences

Ô ma mie ! Ne m'en remercie guère.



 



 

Pleure encore, ma foi,

J’ai un peu soif de toi,

Mais comme tu vois,

Je n’ai plus faim…

29 juin 2010 à 18h00

Publié dans Murmures

Commenter cet article