Publié le par Dinah

Poésie*

 Comme un tas, bientôt en état, son corps n’est que Déchirures, comme un mot, sens et histoire se côtoient et s’interpellent, comme l’aube contaminant le crépuscule, comme le temps qui s’installe en rides tenaces sur les corps de nos espoirs, elle est libre comme l’air de celles qui respirent sans respirer, elle est là.

 

Les couleurs se mêlent en elle, lui donnent une mémoire. Elle qui ne dit plus rien, elle qui se voue aux empreintes de ses doigts sur le sable mouvant de l’humanité, elle n’écrit plus que pour des yeux fermés et des oreilles attentives. Elle est là.

 

Le rythme frappe ses mots, condense son imaginaire et le transcrit en lignes furtives. Elle est pourtant là, assise sur le support, comme une ponctuation apériodique d’un ouvrage qui ne cesse d’avoir lieu.

Elle est là, elle danse sur le support et promène ses sens et souhaits dans les champs des autres.

 

Les mots engendrent des mots, mais pour elle, ils n’engendrent que des poésies ; elle est Là et cela est son pain quotidien.

 

 

*Création personnelle... 

Commenter cet article