De l'entendement poétique

Publié le par Dinah

5208349829_713a2426a6.jpg

 

 

Je m’enracine dans les mots, je ne connais que leurs beautés et pouvoirs symboliques.

Je m’enroule en papyrus pour le plaisir de vos yeux et m’attache à bien cacher mes secrets dans les replis et les demi-dits imagés…

Il me dit d’une voix vacillante : « Je t’aime », c’est l’enchantement des fées qui supplante tous les raisonnements. Les paradigmes s'étalent en je bien réels…

Je m’enracine dans ses mots, dans l’étreinte de la phrase et tapisse l’espace de mes images émotives. Il n’y a plus rien à faire à part l’entendement qui s’empare de moi sans cesse pour renouveler ma quintessence poétique.

Je m’étire sur le support en couches énonciatives pour cajoler vos sens autant que vos souvenirs : doux ou amers, tristes ou vulgaires, peu m’importe, ce qui compte c’est ce regard qui s’éveille et s’aiguise quand les mots deviennent les sources de nos vies.

 

 

 

 

 

 

 

29 novembre 2010 à 08h 56