Son printemps

Publié le par Dinah

 

Pour toutes les femmes et en hommage à leur histoire

 

Le printemps dans l’âme, elle s’écrit en flammes, et ressasse tous les souhaits affamés d’un homme…

Le printemps est là, en vents qui jouent des mèches brunes de ses cheveux.

Il lui dit, depuis un an déjà, qu’il l’aime, qu’il est prêt à mourir pour elle et qu’elle est la femme de sa vie. Dans sa fragilité de femme, elle se renferme sur elle-même et ne sait plus quoi faire.

Le printemps recommence incessamment dans les cœurs, il germe comme les céréales qui nourrissent le vivant.

Le printemps lui raconte tout ce qu’elle veut entendre, lui promet l’amour éternel, lui dit : « Je t’aime » .

Le printemps de l’homme mûr, et bien avancé dans l’âge, s’installe dans les jardins meurtris de ses profondeurs, et en douceur, lui narre son corps.

Il l’aime à mourir, il l’aime comme les enfants qui s’attachent à leurs jouets et ne veulent plus entendre la parole des adultes.

Il l’adore quand elle est elle-même, nichée dans ses fantasmes les plus fous et ses rêves les plus attendrissants.

Il l’aime comme elle souhaite d'être aimée. Il sème sur ses routes les jasmins des mariés, mais elle reste une image surréaliste d’une femme-enfant calquée, esquissée, remaniée par les bouts de ses plumes.

Les dunes comme les brumes de son printemps affectent son paraître autant que son être et fracassent le restant de sa matérialité…

 

Jeudi 29 avril 2010 à 14h11

Publié dans Murmures

Commenter cet article