Saule/Seule

Publié le par Dinah

 

2794397866_3db8e16744.jpg

Il me reste une mèche de tes cheveux bruns, des babioles et photos de nous deux.

Il me reste au fond du grenier un lit d‘enfant…

Épicédion à faire...

Au-delà de mes forces, je frappe le torse de mes poings et déchire le temps des Moires.

Le fil de ma vie se tend comme auparavant…

Seule, sur les pointes des pieds, je danse pour la dernière fois sur la musique de Bizet…

 

Je caresse les sutures de mon âme et continue à coudre les plaies de ta mort.

J’ai tort de chansonner jusqu’à l’ivresse, et ma faiblesse me joue des tours.

Je tombe près de ton lit sur le sol poussiéreux, je tombe d’en haut vers le bas comme les vieux saules qui crèvent en hiver…

 

Que faire de ce long séjour sur terre sans ta présence. Tourner en rond, errer dans les sphères, pleurer et joncher la terre

Se soulever et marcher tout droit à l’encontre de ton ombre, sortir de la chambre de soi et se réconcilier avec la vie qui rayonne là-bas, sous le soleil de la route de la soie.

Sur le bord de la fenêtre se trouve, suspendue par le bout d’un drap.. peut-être morte déjà…

Elle ne sait plus dans quel miroir se voit mais elle s’endort bientôt sur les feuilles fugitives du temps…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Murmures