Ros(é)e poétique

Publié le par Dinah

  4652275133_b1636cfb7d.jpg

J’ouvre le rideau des silences, je rouvre les yeux et le monde réapparaît tout neuf nouveau débarrassé de ses souffrances, embelli par les jeux de reflets et la rosée matinale...

Il fait beau, les rayons du soleil couvent la terre, la maternent encore pour des siècles; un présent continu de tendresse voué au réchauffement des cœurs solitaires et âmes meurtries par l’injustice…

Que faire de ces faire nombreux et distincts, corollaires et opposés aux dysfaire…

Je marche les yeux ouverts, lucides et remplis de sagacité; je suis le je qui se connaît, se filtre par et dans les structures qui régissent le langage.

L’ « imaginaire du savoir » est déjà en place, je viens m’y immiscer…

L’aube s’en va, le matin brille et mon corps se met à résonner le tempo éternel de son amour salvateur; Poésie, ô Poésie, pourquoi es-tu le seul langage qui enchante mon être, le seul bagage de Bohème esthétique que je suis.

Poésie, ô Poésie, pleine de grâces et de saveurs, la source de jouvence de mon étant errant sans attache dans les univers des idées bien poncées…

 

 

 

1er septembre 2010 à 8h28