Penser la mort

Publié le par Dinah

4160883593_b1535707e1.jpg
Penser la mort qui m’appelle un jour et disparaît derrière la colline de l’être-là.

Suffire à sa masse, boire les tas de souvenirs comme l’on boit l’eau gazeuse, puis on niche dans l’inconscience de la nature. Voilà des phrases insensées et incompréhensibles.

Voilà mon être compacté dans l’univers de l’être-là en attendant sa dissolution.

Voilà ce Je ne sais quoi de beau qui m’embellit quand la mort vient me rendre visite.

Détester la mort, déserter ses champs maudits et ses terres qui nous privent de tout ce que l’on aime…

Je me cache derrière ta photo et t’envoie mon être avec les rayons du soleil de l’hiver qui me traversent, puis me délaissent sans vie…

Il est temps de visiter d’autres lieux, de construire dans l’ailleurs ce que l’on ne peut construire ici…

Être dans l’amour, c’est, autrement dit, mourir pour soi.

Commenter cet article