Lettre de Lilas

Publié le par Dinah

3508682852_e3597ba068.jpg

 

Le pinceau dessine à mon insu les traits de ton visage. Il nargue mes idées et tous mes rêves sages. Le dessin parle de lui-même, décrypte le smog cognitif de mes désirs...

Quel plaisir de t’avoir dans la peau et quel désir de te voir un peu !

Mon doux amour, perché sur le sommet des montagnes de mes joies, approche-toi encore de moi. Le temps décèle dans la moindre parcelle de mon âme, la flamme que je porte pour toi.

Même si ma lettre se fait un dessin enfantin et maladroit de mon bonheur, n’oublie pas que je te l’envoie pour me rejoindre ce soir lorsque la lune se met à briller et à se maquiller comme la femme fatale de tes fantasmes. Je ne t’écris plus, mais je dessine au creux des sillons de mon corps tes points forts, et tous ces petits riens qui aspirent un jour à devenir le ciment de nos amours.

Songe à moi maintenant et lors de la cueillette des lavandes, je fleuris aussi là-bas, en Provence…

Et si l’amour s’endort dans ton for, je le réveillerai par mes couleurs chatoyantes et parfumées de tes songes les plus tendres de nous…

Publié dans Murmures

Commenter cet article