Les vallées d'amour

Publié le par Dinah


Les jours passent, tu restes loin de mes bras.
Les jours passent comme des troupeaux de nuages
Perdus dans les vallées d'amour d'autrefois.


Je cueille une larme puis une deuxième et me demande
Où vont toutes les paroles d'amour qui voyagent dans l'univers.
Peut-il encore m'aimer, faut-il encore l'aimer.




L'habitude éloigne l'amour de ses terrains, l'emporte comme les bribes d'une histoire racontée à une enfant qui s'endort.



Je cueille une larme puis une deuxième et interroge
Tes profondeurs, tes mimes et tes soupirs
Peut-il encore être là, là où les jours passent
Me traversent comme les fantômes et,
Me délaissent seule avec mes peines. 

Les larmes coulent, je ne puis rien.
Les larmes délaissent le corps qui frémit loin de toi,
Les larmes d'une femme, en flammes, génèrent les destins
Des milliers de gouttes amères engagées dans les mirages
De tes contours. Que d'amour
Qui respire le souffle poétique, frénétique, pathétique
Et me rejette sur ta poitrine, le tout me chagrine,
Et tes lèvres dans leur quiétude me piègent.
Des larmes encore, le piège reste intact.
Mes joies s'éloignent mais ton amour
Pousse en moi comme l'olivier d'autrefois.

                                                                                                                                                                                                              

Publié dans Murmures

Commenter cet article