Le prisme de la page blanche

Publié le par Dinah

  

 

Une page blanche se matérialise dans l’imaginaire, devient le territoire du rêve, le silence formé de bruits colorés de l’univers, mon arc-en-ciel…

 

J’écris pour émietter le tout blanc en pluie de couleurs sensuelles qui somnolent au fond de vous.

J’écris pour esquisser un regard, aiguiser la vue et, puis faire pivoter les miroirs de nos histoires d’humains perdus sur les chemins qui mènent à la paix…

 

Quelques gouttes d’encre font naufrage sur les joues, en papillotes de chocolat, elles me décorent…

Une larme translucide prend place dans la carcasse de merveilleux poétique.. à l’encre de sa larme unique, ma poésie se distingue de l’écriture hégémonique.

 

Une page blanche filtre le chaotique et refait surface quand les déchirures de l’âme mêlées de ses joies laissent entrevoir au milieu de nulle part et derrière le voilage de ses pleurs l’arc-en-ciel de la vie.   

 

 

 

  

 

 

  

  

 

5 octobre 2010 à 08h18