Signature

Publié le par Dinah

 

 

 

 

Cher bien-aimé,

 

Une lettre s’écrit encore au fond de mes yeux pour vous. L’éloignement me chagrine, piétine mon corps et torture mes nuits.

Je m’endors le jour pour ne guère admirer la beauté du monde sans vous. Je m’installe dans les rêves des femmes amoureuses et vous cherche.

Sauriez-vous me retrouver quand la rosée du matin glisse sur mon corps en larmes d’ivresse.

Inouïes, toutes ces nuits de folies que je vis en votre absence.

L’amertume du chocolat de l’après-midi se fond dans ma gorge en souvenirs, elle me traverse en éclats de cœurs fracassés. 

Vous êtes parti, point de regrets, mais des étreintes de mes joies que je livre en peinture acrylique jointe à cette lettre. Voici ma signature faite à l’encre pure de mes souhaits de femme amoureuse qui espère votre retour.

Je ne puis écrire lorsque la pudeur s’empare de moi et me prie de garder le silence.

Mais, tout l’amour que je vous porte crie au fond de mon être et me bouleverse.

Il casse les résistances du passé: ô mon cher bien-aimé, je vous aime et en brûle comme le brasier de cheminée.

L’hiver se lit sur mon visage qui a perdu son printemps depuis ce funeste départ qui me déchire les entrailles et me jette dans les affres de la mélancolie.

Bien-aimé, de grâce, retrouvez-moi avant que ce soit la mort qui me recueille. 

 

 

 

Je vous embrasse tendrement…*

 

 

 

 

*En écho de lecture de la correspondance de George Sand...

Publié dans Murmures

Commenter cet article