(Dys)Harmonie

Publié le par Dinah

4602565883_9c47b1eaba.jpg

Je plonge mon corps dans les accords des notes et en soutire des harmonies délaissées. Comme les roses de ton printemps, je transmets aux mots la beauté de tes lèvres…

Dis-moi, note blanche, pourquoi tes douceurs sont une transgression du silence.

 

La poésie de ton corps comporte des accords qui tourmentent les silences. Elle est l’astre qui s’endort aux creux des mains. En harmonie des strophes du sonnet, tu transperces le restant de ma réalité.

 

Je mouline les tristesses comme le poivre des grands-mères qui pimente l’apéritif…

Je badigeonne le corps discursif de mes douleurs des névroses des hommes de la préhistoire et tourne les pages de ta présence dans ma vie.

Je suis solitude et par habitude je frappe à ta porte, je rachète mes silences par les souffrances du passé.

Je m’étale en pommade parfumée sur les plis de ton corps, je suis la femme qui t’enlaces quand les inquiétudes défigurent ton être. Compressée en fœtus qui s’agite dans tes profondeurs, je me déplie en Wonder women des jours pénibles…

 

À la recherche d’un peu de rêves, le violet est désormais ma couleur…

La peinture surréaliste s’empare de mon imaginaire, elle infiltre mon écriture…

Je n’écris plus, je peins et tous mes tableaux sont dédiés aux couchers de soleil.

Je persiste à être lui-même; le supposé créateur du soi-disant moi…