Écrire

Publié le par Dinah


 

Écrire, fouetter le destin qui me happe, jouer des mots qui fabriquent tous les jours le destin des millions d’individus de cette planète.

Écrire, manipuler les tas de souvenirs qui regorgent en moi et font balancer mon être dans l’être-là et le néant.

Écrire les pensées qui font tourmenter mon existence et renforcent ma solitude, vous raconter les désarrois du Moi auquel j’appartiens…

Comme certaines et certains d’entre vous, l’écriture me sert du support, comme vous, mes jours enrichissent la terre par des poussières de l’être-là.

Comme vous, l’Océan de savoir m’interpelle, me nomme, me façonne à son image.

Comme vous, les verbes construisent mes phrases, bâtissent un ensemble contradictoire issu de mes envies et de mes récits.

Le silence ne me happe plus, le silence crée l’événement, tisse l’image discursive du moi.

Le silence de l’écrit, dans l’écrit, par l’écrit et au-delà de l’écriture met en place une ontologie du soi-disant moi. Il élabore par ses propres outils structuralistes le corps dont on rêve…

Penser ce tas qui me porte vers toi, c’est d’une manière ou d’une autre remanier les constituants événementiels de mon étant.

Le je trouve ici son chemin, là où le silence bâtit son empire.