Autrement Sarabande...

Publié le par Dinah





Quand on est seul(e) au monde,
On invente des mots pour réchauffer le cœur.
Quand on est seul(e) au monde,
On invite le souffle qui enflamme la pudeur.
On se raconte des histoires pour ne plus avoir peur;
Peur d'être seul(e), peur d'être l'unique mot(-h)eur(e)
De sa propre vie.

Quand on est au monde, une goutte à la mer,
Quand on est l'enfant des pleurs, des joies et des solitudes,
Quand on est la marque d'une empreinte digitale,
Quand on est l'image du magma des profondeurs,
On se fait bercer par le vent de l'automne,
On se fait narguer par les orages de l'hiver.
Par terre, quelle misère, quelle parade ???

Quand on est seul(e), on réinvente le monde à son image.
Comme des clones, les souvenirs naissent dans nos cœurs,

Comme des marins oubliés sur des rivages lointains,

Comme des mains délaissées, peureuses, asséchées par la douleur,

Comme l'utérus d'une mère qui se vide...


Quand on est seul(e) au monde, on adore la soie

Tissée des regrets, et des baisers enfantins

Sur les joues gorgées de couleurs des cerises.


Quand on est à soi comme la pluie à la terre,

Il pleut partout, il pleut tout le temps,

Il l'impersonnel regagne les phrases,
Se place e
n phases, en extase hors de soi.


Quand on est une danse oubliée, une anse fracassée

On omet l'autre qui se hisse comme un voilier sur nos mers.

Quand on est solitude, c'est par habitude,

Une (in)quiétude s'empare de soi.

Quand on est amour, on sème des graines
De tendresse, et comme les Sirènes
D'autrefois, en Mnémosyne,
On élève la voix|voie.

Improvisé à l'instant (04/08/2009 11:40)
Pour mes M, N, L et A

Publié dans Murmures

Commenter cet article

L 04/08/2009 14:16

Merci de me dédier ce poème :) Ne sachant pas quoi dire devant ce cadeau, je me permets de te renouveler toute mon amitié intacte depuis le premier jour. Et puisque tu parles de tendresse, écoutons un peu de musique : http://www.youtube.com/watch?v=AqPskIivOxI&
Bien à toi ;)