Bribe d'un nô

Publié le par Dinah



Désormais, le silence casse les mots.

Désormais, je n’ai plus de do|dos.

En nasse, je cède l’espace

À l’autre Je.

Désormais, le silence remplace les mots.

Le vide prend sa place, dans la carapace

Et m’inflige le «      ».


Coupure dans l’âme qui se blâme…

« Je vous prie madame, […] »


Désormais, je ne possède que les [pas de liaison lors de la prononciation] Ô.

Désormais, le silence efface les mots.

Le «      » se remplit de nos|maux

Qui m’interpellent en KO|Nô.

[Coupure dans l’âme qui se blâme…

« Je vous prie madame, […] »
Les rideaux se lèvent...
Ibidem.]
Adieu  s‘écrit À Dieu [vat/ne plaise] !
[Les rideaux tombent.]




                                                                                                                                                    

Publié dans Murmures